Doris Arnold

Doris Arnold

mardi 10 novembre 2015

Le bon et le mauvais côté


"Le bon et le mauvais côté"...... Oui, c'est une expression très courante en pole, comme "bras fort et bras faible", "jambe souple et jambe pas souple", etc... Un truc dément qui consiste à ne travailler les mouvements que d'un seul côté et qui provoque des blessures, crée des déséquilibres dans le corps, limite la conscience du mouvement, limite la notion la proprioception, et pour finir, bloque toute créativité artistique (bah oui, comment tu fais ton combo quand tu as ton V à droite, ton outside à gauche, ton superman à droite les semaine paires et ton cocoon à gauche les semaine impaires ???!!! Lol ! Pas mal l'histoire des semaines paires et impaires).


Il faut avouer que je n'ai pas à la base une vison très manichéenne du monde ; le combat du bien contre le mal, le paradis et l'enfer, "Star Wars" et autres "Seigneurs des anneaux"... ça ne me botte pas plus que ça :-/ Alors autant dire que lorsqu'il s'agit du corps, ça me met carrément en colère !!!! Depuis quand a-t-on un "bon" et un "mauvais" côté ? Je veux bien croire que l'on soit par exemple plus agile de la droite que de la gauche parce qu'on nous a éduqué comme cela, mais l'on ne va pas se mentir : lors de nos premières séances, nous avions zéro force, zéro agilité (en tout cas, pas celles exigées par la pole dance). Alors, à qui allons nous faire croire qu'il y avait un côté meilleur que l'autre ? On était nul des deux côtés et puis voilà !!!

Alors que se passe t-il exactement ? Et bien souvent, nous démarrons l'apprentissage du mouvement d'un côté, puis le perfectionnons et lorsque nous commençons à le maîtriser, nous décidons de le faire de l'autre côté. Mais nous le faisons en pensant que dès les premières fois, il sera exactement comme là où nous l'avons laissé du premier côté... Ce qui n'arrive pas, alors du coup, on se sent nul de ce côté. Non, Non. Il suffit tout simplement de reprendre chaque étape dans l'ordre, comme nous l'avons fait du premier côté et lui accorder autant de temps et tout se passe bien.

À partir du moment où dans la plupart de nos mouvements, il faut un bras qui tire aussi fort et que l'autre bras pousse pour tenir en l'air, comment peut-on demander : "Et ton bras fort tu le mets où ?" C'est absurde ! Quelles autres bêtises ai-je pu entendre aussi ?

-"C'est mieux de bosser qu'un seul côté, on perd moins de temps que de bosser les deux"
Réponse : FAUX car 1/ On évite les blessures car lorsque tu ne travailles que d'un côté le corps se déséquilibre, les choses se déplacent et youpi on se blesse ! Je ne suis pas sûre que 3 mois d'arrêt pour une tendinite lui fasse gagner du temps à celui-ci... Ha non, je suis bête, c'est le même qui ne s'arrête pas quand il a une tendinite...  2/ Comme je l'ai dit plus haut, nous avons dans toutes les figures besoin des deux côtés, donc travailler le "mauvais côté" vous rend encore meilleur du bon côté, musculairement mais aussi techniquement puisque le temps de transposer d'un sens à l'autre le cerveau fait un travail considérable et l'on comprend ainsi mieux le fonctionnement des figures.

-"Mais en tant que professeur, c'est compliqué d'imposer les 2 côtés, c'est moins ludique"
Réponse : BRAVO !!! Donc tu préfères laisser tes élèves s'abîmer, se bloquer artistiquement et les empêcher d'évoluer et le tout, à des fins uniquement commerciales.... Au top ta déontologie ! Il suffit de bien savoir l'amener : déjà si l'on en parle dès les premiers cours,  les élèves ne sont pas choqués, ils trouvent même cela évident et prennent la bonne habitude de tout bosser des deux côtés. Et s'ils disent : "Tiens, j'y arrive moins bien de ce côté", on explique alors que c'est normal car le corps et le cerveau ne fonctionnent pas de façon symétrique et que les sensations sont différentes mais que l'on s'y fait et qu'au bout d'un moment les choses s'équilibrent. Au bout d'un moment, l'élève réussit à évoluer et est très content d'avoir la liberté de mouvement nécessaire, et la force de réaliser les enchaînements de son choix.  Et puis, c'est l'occasion rêvée pour avoir des bleus symétriques de part et d'autre de tes jambes... Qui ne rêvent pas d'un papillon de psy en guise de tattoo??!!! ;)

Après, pour être honnête, il y a forcément pour chaque figure un côté dans lequel on est plus à l'aise et c'est ce côté que l'on va mettre en avant dans les shows ou compétitions. Mais déjà, si l'on travaille bien, cela évolue avec le temps. D'ailleurs, parfois, des élèves qui viennent d'autres écoles pour tenter des cours avec moi, sont surpris de voir que sur certaines figures ils sont plus à l'aise de leur -soit disant- mauvais côté. Il faut aussi réaliser qu'il n'y a pas de bon et de mauvais côté mais juste une DIFFERENCE de perception et de sensations, car le corps avec les années, ne s'est pas construit de manière symétrique (ex : vous montez toujours les marches en partant du même pied, vous ouvrez les portes d'une même main...) et que le cerveau ne fonctionne pas pareil lorsqu'il s'agit de faire un mouvement à droite ou à gauche.

Donc l'idéal pour ne pas être perturbé et pour vous motiver, c'est de vous dire que vous ne travaillez pas le même mouvement du mauvais côté (démarche hyper négative dès le début) mais d'imaginer que vous faites un tout autre mouvement en repassant bien par chaque point clé qui vous permettrons de réussir la figure. Ainsi, vous pourrez redécouvrir les sensations et approfondir la technique.

Voilà c'était un point qu'il me semblait important d'aborder pour les élèves et tous les profs. Je ne juge personne car j'ai moi-même fait l'erreur à mes débuts et j'en pâtis encore aujourd'hui sur certaines figures, alors je tente de renforcer ça dès que je peux. Mais surtout, il me tient à cœur d'aider les autres à ne pas faire la même erreur et de tout travailler des deux côtés de manière à ce qu'un jour, l'on ne fasse même plus de réelles différences et que le choix du côté dépendra juste de votre recherche visuelle et artistique et non pas d'un choix par défaut ;)

Be strong, Be sexy, Have fun !